WordPress

Open source : Comment choisir son CMS ?

Open source ou propriétaire ?

Parmi les nombreux CMS disponibles, vous trouverez des CMS open source et des CMS propriétaires. Chaque solution a ses qualités et ses défauts : en fonction de vos besoins, le choix pourra être différent.

Résultat de recherche d'images pour "open source"

Open source

Un CMS, et c’est vrai pour n’importe quel logiciel, est open source si :

  •  son code source est disponible d’accès – sans frais supplémentaires – à tout le monde sans restriction ;
  • tout le monde peut le modifier et le redistribuer librement ;
  • il ne limite pas le contenu qui peut être présenté.

Par définition, ces CMS sont gratuits et sont développés de façon communautaire. Pour ceux qui veulent des détails sur les critères des CMS open source, vous pouvez trouver les dix critères à cette adresse : opensource.org

Opter pour un CMS open source a différents avantages.

  • Ils disposent généralement d’une communauté plus large.
  • Ils sont gratuits et le support, fait par la communauté, l’est également.
  • Ils possèdent le plus souvent de nombreux plugins, développés par la communauté, qui peuvent pallier
    certains manques ou faiblesses.
  •  Il est toujours possible de les faire évoluer (vous avez accès au code source).

Si vous choisissez un logiciel open source, vous risquer de rencontrer principalement deux inconvénients.

Résultat de recherche d'images pour "open source"

  • La publication du code source rend le CMS plus vulnérable aux attaques.
  • Le support, s’il est gratuit, est plus hasardeux puisqu’il repose sur le bonne volonté de la communauté.

Propriétaire

Un CMS, et là encore c’est vrai pour n’importe quel autre logiciel, est dit “propriétaire” si ses conditions d’utilisation limitent son utilisation, son étude, sa modification, sa duplication ou sa diffusion.

Ces CMS peuvent être payants, mais pas forcément. En revanche, le code source n’est pas accessible et ils sont produits par une société qui maîtrise tous les aspects du développement et de la distribution.

Les solutions propriétaires ont également des avantages.

  • À qualité égale, elles sont moins vulnérables aux attaques.
  • Le support est assuré par des professionnels du CMS, il est donc généralement plus ciblé et précis.

Elles ont également des inconvénients.

  • L’utilisateur est dépendant de l’entreprise et de ses choix.
  • l est généralement plus difficile de migrer (changer de CMS) à partir d’un CMS propriétaire.
  • Le CMS peut “mourir” : si la société cesse de le développer, il n’évoluera plus.
  • Il est parfois payant, même si c’est assez rare pour les CMS.

Pour découvrir les CMS, ou pour un site personnel, il est largement préférable d’opter pour une solution open source : moins cher, moins contraignant, plus flexible…

Dans le cadre d’un projet de plus grande envergure, le choix d’un CMS propriétaire est parfois intéressant – même s’il doit être mûrement réfléchi. Cela dépend principalement des fonctionnalités que l’on recherche. C’est justement l’objet du chapitre suivant !

Un CMS, pour quel usage ?

Avant de vous lancer dans la création d’un site web, il faut premièrement et principalement vous poser la question de l’usage que vous voulez en faire. Pour choisir un CMS, ou au contraire pour choisir de ne pas en utiliser un, il est nécessaire d’avoir une idée très précise de ce que vous souhaitez obtenir et des contraintes que vous subissez.

Fonctionnalités

Les CMS offrent un ensemble de fonctionnalités – certaines basiques, d’autres plus avancées – mais s’ils ne proposent pas une fonctionnalité, il est généralement plus coûteux de l’ajouter au CMS que la construire à partir de rien.

On pourrait penser que si un CMS couvre 75% des fonctionnalités recherchées, il est nécessairement plus intéressant de l’utiliser que de développer entièrement un site : il y aurait seulement 25% à développer, contre 100% sans un CMS ! En réalité, ce n’est pas forcément le cas : il est important de bien calculer le coût nécessaire pour ajouter la fonctionnalité manquante. Souvent, cela vous prendra plus de temps que de développer tout un site sans CMS !

Effectivement, intuitivement il est logique de penser que si 75% du travail a déjà été fait, il sera plus facile de faire les 25% restant que de tout refaire à partir de zéro. Il est difficile d’expliquer pourquoi sans rentrer dans les détails techniques… mais avec une analogie ça devrait pouvoir se faire ! Imaginez une maison. Celle que vous voulez, avec ses étages, sa forme, et toutes ses particularités.

À votre avis, est-il plus facile de la fabriquer à partir de rien ou de prendre une autre maison radicalement différente et de la transformer ? La plupart du temps, vous verrez que transformer l’existant est beaucoup plus chronophage !

C’est exactement la même chose pour les CMS. Si le CMS est proche, dans sa conception, de ce que vous voulez faire, il sera pertinent de l’utiliser pour développer les 25% manquants. Dans le cas contraire, il vaudra mieux repartir à zéro ou choisir un autre CMS plus adapté.

L’objectif dans le choix du CMS (ou celui de ne pas avoir recours à un CMS) réside dans la couverture entre les fonctionnalités que proposent le CMS et celle dont vous avez besoin.

Contraintes non fonctionnelles

Au-delà des fonctionnalités que vous souhaitez mettre en place sur votre site web, il faut aussi prendre en compte les contraintes non fonctionnelles (celles qui n’ont pas trait aux fonctionnalités mais à la façon dont elles sont exécutées).

Les contraintes de serveur

Il y a-t-il déjà un hébergement prévu ? Avez-vous des limites de coût pour l’hébergement ? Assurez-vous, avant de choisir un CMS, que celui-ci pourra tourner sur le serveur que vous devez utiliser, ou qu’il ne générera pas un surcoût rédhibitoire.

Les besoins de puissance et de rapidité

Avez-vous beaucoup de données à traiter ? Existe-t-il des contraintes de temps réel (chat, jeux…) ? À qualité égale, les CMS sont généralement moins performants qu’un site web fait sans CMS. Si la performance est au cœur de votre projet, il faut être prudent quant à l’usage d’un CMS, quel qu’il soit.

Les délais de livraison

Combien de temps avez-vous pour terminer le site web ? Des délais courts favorisent souvent l’utilisation d’outils de haut niveau. Un CMS est souvent une arme efficace pour tenir un planning serré.

Existant et compatibilité

Existe-t-il déjà du contenu pour le site ? Si oui, sous quel format ? Devez-vous être interconnecté avec un autre logiciel (web ou non) ? Si oui, quel sera le format des échanges ?

Certains CMS permettent de mettre à jour le contenu du site via des formats d’échange (XML-RPC, JSONP…), d’autres non. Certains proposent d’importer certains types de données facilement, pour d’autres ce sera un véritable calvaire.

Pour vous donner une idée de la liste des fonctionnalités et des contraintes non fonctionnelles à vérifier avant de faire votre choix, vous pouvez consulter le site CMS Matrix.

Attention, le site n’est malheureusement pas à jour et ne doit pas servir de base de choix. Je vous le conseille pour sa liste exhaustive des points à examiner.

Sélectionnez deux CMS ou plus dans la liste et cliquez sur “Compare” en bas de la page pour avoir la liste des fonctionnalités.

La communauté

Après mûre réflexion, vous avez choisi un CMS qui répond à toutes vos contraintes fonctionnelles et non fonctionnelles. Mais il y a encore un aspect auquel vous devez faire attention : la communauté du CMS est-elle active ?

Problèmes

Au cours de la vie de votre site web, vous risquez en effet d’être confronté à deux principaux soucis.

  • Être “bloqué” dans l’utilisation du CMS : un problème, un bug, une documentation peu claire ou mal traduite… les soucis peuvent être nombreux et parfois vous empêcher de déployer correctement votre site web.
  • Voir le CMS “mourir” : les personnes – ou la société – en charge du développement abandonnent le projet, qui n’évolue plus. Un site web qui ne correspond plus aux standards techniques et ergonomiques, c’est souvent très pénalisant.

Solution : la communauté !

Une communauté large et active est un important critère de qualité pour un CMS.
Elle apporte :

  • de la sécurité : en détectant et corrigeant les failles qui peuvent exister ;
  • du support : en apportant de l’aide via les forums, des tutoriels, des cours…
  • des fonctionnalités : en développant des plugins ;
  • une durée de vie : en continuant à faire évoluer l’outil au fil des années.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *